Paul Rusesabagina comparaît devant le juge du tribunal de base de Kicukiro #rwanda #RwOT

La séance de procès commence dans de précautions sévères de lutte contre la propagation de la Covid19. Il va sans dire que la sécurité est aussi renforcée.

Le ministère public accable l'accusé de quelques 13 crimes.
Il est accusé de fonder un groupe armé illégal, de financer des activités terroristes, de terrorisme à des fins politiques, d'organisation et participation à des actes terroristes. Au delà de ceci, il lui est reproché de donner des instructions en vue de commettre des actes terroristes, de faire partie d'un groupe terroriste, de comploter et de sensibiliser aux activités terroristes.
Il entre aussi dans la complicité délibérée dans le crime de meurtre, de prise d'otages, de vol à main armée, d'incendie criminel d'habitation d'autrui, de coups et blessures, de recrutement d'enfants-soldats.

Pour le Ministère public, Paul Rusesabagina devra être poursuivi pour des crimes commis par le FLN/Forces de Libération Nationale, branche armée du collectif MRCD/Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique.

Les débats qui ont eu lieu cet avant midi tendaient, pour le Ministère Public, à tout faire pour faire valoir le poids de ses accusations dont le fait que Paul Rusesabagina a donné une contribution de 20 mille Euro dans la caisse de FLN.
Son avocat, Me Rugaza allège l'accusation et parle seulement de 900 USD, une somme qu'il a trouvé assez dérisoire pour être utilisée à des fins militaires.

Au delà de ceci, le Ministère Public accuse Paul Rusesabagina de propos sensibilisant à la commission du terrorisme.
"Rusesabagina a les pleins droits de commerce de ses idées. Mais pour être intervenu dans les radio et télévisions internationales pour déclarer que le FLN est une branche de MRCD, un FLN qui a commencé ses activités armées au Rwanda, ceci ne se qualifierait pas de droit d'expression. De deux, Rusesabagina admet de son propre chef avoir versé sa contribution en argent au FLN, cet argent a servi pour tuer d'innocents civils rwandais, cela ne se qualifierait pas non plus comme un droit d'expression au moment où il soutenait un groupe qui a l'objectif de tuer les citoyens", a dit le Procureur tentant d'asséner un coup d'argument-massue à l'accusé pour immédiatement balayer l'argument présenté par l'avocat de la défense selon lequel Paul Rusesabagina est de nationalité belge, que par conséquent il doit être jugé par la justice belge.

"Eh non ! Tout individu doit subir la justice d'une entité administrative où il sera soupçonné d'avoir commis un crime", rétorque le Procureur.
La même défense trouve que Paul Rusesabagina a résidence dans le quartier de Nyarutarama en District Gasabo où il possède une propriété, par conséquent, c'est le Tribunal de Base de Gasabo qui devrait le juger.

"Oui, il y a sa propriété mais cela ne veut pas dire que c'est là qu'il réside. Ce n'est pas non plus là où il a été arrêté", rétorque le Procureur tentant de balayer tout prétexte de la défense pour montrer les vices de procédure du procès.

Débat sur la qualification et la solidité des crimes

La défense évoque le fait que Paul Rusesabagina est accusé de crimes qui concernent des partis politiques autres que le sien. L'avocat demande qu'il ne soit redevable que des actions qu'il commis lui-même.

Les débats ont été suspendus pour reprendre dans l'après-midi de ce même lundi.

IGIHE



Source : https://fr.igihe.com/Paul-Rusesabagina-comparait-devant-le-juge-du-tribunal-de-base-de-Kicukiro.html

Post a comment

0 Comments