Peu de médecins ; une seule faculté de médecine au Rwanda : pour un PPP en matière de specialisation en médecine #rwanda #RwOT

Au Rwanda, on a tendance à appeler Médecins, des lauréats de deuxième cycle de médecine qui ont suivi juste le Tronc Commun de formation de cette profession médecin. Mais combien de spécialistes compte-t-on dans le pays ? Force est de constater que ce vaste champ de science et pratique médicale n'est pas pourvu.

Ainsi le Rwanda ne connaît qu'un seul médecin gériatre qui s'est spécialisé dans le traitement des maladies des vieilles personnes. Pourtant ces vieilles personnes (plus de 60 ans) recensées dans le pays atteignent le chiffre de 707.000.

Le manque de connaissances en gériatrie de la part des médecins que consultent ces vieilles personnes pour maladies, fait que ces médecins se montrent innocemment maladroits.

" Vieux, ce n'est pas une maladie que tu as. Cela arrive aux vieilles personnes. C'est normal à ton âge ", ainsi se font signifier ces vieilles personnes sans ménagement par des médecins affichant une tendance d'avoir des préoccupations ailleurs.

Le Président national des Personnes âgées au Rwanda dénommée NSINDAGIZA, Elie Mugabowishema, confie à la presse qu'il fait un bon bout de temps qu'il réclame que la faculté de médecine forme assez de gériatres pour mieux accompagner médicalement les personnes âgées dans leur vieillesse.

Ce leader d'opinion se trompe-t-il ?

Non ! Mais il faut appliquer son analyse sur l'ensemble du secteur médical rwandais qui n'a pas un médecin parfaitement formé pour cent mille habitants. Vous l'avez bien dit ! Combien de médecins spécialistes pouvez-vous trouver dans les hôpitaux de district ? Est-il normal de voir des centres de santé du pays etre dirigés par de simples infirmiers ? Dans ce cas, on comprend pourquoi nos campagnes rurales sont toujours assiégées par des maladies que le personnel de ces centres de santé ne sait pas traiter. Conséquence ? Les paysans soupçonnent bêtement leurs voisins de les avoir empoisonnés. La suite on la comprend. On ne travaille pas. On ne produit plus et la pauvreté perdure.

" La santé saine est un facteur clé dans le développement d'un peuple. Dommage qu'un ex-Directeur Général du Conseil de l'Enseignement Supérieur (HEC) ait décidé de la suppression de la faculté de Médecine de l'Université de Gitwe. Il n'a pas compris que des dysfonctionnements constatés au sein d'un établissement scolaire ou universitaire peuvent se corriger, que cette correction coûte moins cher que créer de nouveaux ", a confié à IGIHE un expert en éducation trouvant que les pouvoirs publics se trompent en nommant des jeunes gens à de hautes responsabilités stratégiques pour le pays.

" Les jeunes ont le vent en poupe. Ils ne réfléchissent pas profondément pour penser nation. S'il y a une faculté qui est la plus respectée au monde c'est bien celle de médecine et des sciences de santé ", a-t-il ajouté trouvant qu'il faut refondre la philosophie d'enseignement de la médecine au Rwanda où le troisième cycle diversifié devrait être de règle.

" D'une part, les autorités médicales du pays devraient faire une étude assez documentée sur la fréquence des maladies qui attaquent le plus souvent les habitants. Aux planificateurs des ministères de l'éducation et de la santé auxquels s'ajouteraient les chercheurs universitaires locaux en matière de médicale de s'asseoir et dresser les profils d'experts y relatifs. La troisième phase consisterait en une sorte de consultation avec le patronat rwandais pour savoir qui peut exploiter tel ou tel autre secteur de formation poussée en médecine. Il va sans dire qu'à ce niveau, le pays demandera aux pays et organismes internationaux qui accordent des bourses d'études des Rwandais pour l'étranger de revoir ce partenariat et financer sur place l'étudiant rwandais pour le 3ème cycle ou le doctorat en médecine ", a-t-il tenu à préciser son idée.

Jovin Ndayishimiye



Source : https://fr.igihe.com/Peu-de-medecins-une-seule-faculte-de-medecine-au-Rwanda-pour-un-PPP-en-matiere.html

Post a comment

0 Comments